POLYGAMIE

Le Christ nous parle A propos de la polygamie

Geg/8/41
1. Le Christ : « Quant à la polygamie, ceux qui Me suivront devront faire comme ont fait au commencement les hommes de cette terre, où Dieu n'a créé qu'un seul premier homme et ne lui a donné qu'une seule femme ; car celui qui épouse une femme et lui promet amour et fidélité constante, s'il en épouse ensuite une deuxième et une troisième, et parfois d'autres encore, commet à l'évidence un adultère contre la première épouse or, il est écrit dans la Loi : "Tu ne commettras pas l'adultère."

2. Je vous le dis, la polygamie est un très grand mal : car elle rend l'âme tout à fait sensuelle par excès de lascivité de la chair, et c'est pourquoi elle signifiera toujours lubricité, fornication et adultère manifeste.
Ceux qui sont affectés de ces maux n'entreront pas au royaume de Dieu - et comment le pourraient-ils ?
Leur âme est bien trop profondément enfouie dans la chair sensuelle de leur corps et ne peut plus rien concevoir ni percevoir de spirituel ! Aussi de tels débauchés ne parviennent-ils que rarement, sinon jamais, au royaume de Dieu. Car Je vous ai déjà plus que suffisamment expliqué en quoi consiste réellement le royaume de Dieu.

4. Cependant, si nuisible à l'âme que soit la polygamie, Je ne vous donne aucune loi pour l'interdire et laisse cela au libre arbitre de chacun, mais Je vous montre la vérité et vous donne un bon conseil.

5. Il en va de même si un homme prend des esclaves pour concubines, car avec elles aussi, il commet l'adultère envers son épouse légitime.

6. Quant à l'homme qui, sans avoir d'épouse légitime, mène une vie de débauche avec des concubines, il est tout aussi mauvais, et souvent pire encore que bien des adultères par faiblesse, parce qu'il fait du tort non seulement à son âme, mais à celle de ses concubines lascives. De tels hommes doivent s'attendre dès ce monde à un destin cruel, et plus cruel encore dans l'au-delà, car ils auront dissipé par leur conduite presque toute la substance éthérique vivante de leur âme.

7. Tout homme qui désire que son âme renaisse très rapidement et complètement en esprit selon Ma doctrine doit mener la vie la plus chaste possible et ne pas se laisser séduire et charmer par la chair des jeunes filles ou des femmes ; car celle-ci entraîne vers l'extérieur le sentiment de vie de l'âme et est donc un obstacle puissant à l'éveil de l'esprit dans l'âme, éveil sans lequel la complète régénération de l'âme dans son esprit est inconcevable !

8. Un bon mariage auxquels participent raison, sagesse et abnégation de soi ne fait pas obstacle à la régénération spirituelle, mais la concupiscence et la débauche la rendent impossible, aussi, fuyez-les plus que la peste !

9. Même si, au bout d'un certain temps, ils rentrent en eux-mêmes et, menant dès lors, au prix d'un grand renoncement, une vie parfaitement chaste, obtiennent par cette juste pénitence le pardon de leurs péchés, les débauchés des deux sexes n'atteindront autant dire jamais complètement en ce monde la régénération spirituelle, mais seulement en partie : car l'âme de ces personnes a trop à faire pour se dégager de sa chair ne serait-ce qu'assez pour entendre les avertissements de l'esprit indispensables à son salut. Une telle personne peut certes devenir fort bonne et sage et faire beaucoup de bien : mais elle n'acquerra que très rarement dans son entièreté la faculté de faire des miracles, et seule son âme pourra y accéder dans l'au-delà.

10. Une telle âme ressemble à un homme qu'un vrai bon remède finit par guérir après qu'il a été pendant bien des années malade et souffreteux. Il est certes désormais en bonne santé, et, s'il continue de mener une vie bien réglée, il peut encore atteindre un âge avancé mais il lui sera difficile d'avoir jamais la force d'un homme en pleine santé depuis le berceau, parce que sa longue maladie a empêché les muscles, les nerfs et les fibres de son corps de se développer comme il le fallait, et surtout, il n'a pas pu les exercer par toutes sortes de mouvements et d'efforts.

11. Il en va d'une âme longtemps malade comme de cet homme qu'une longue maladie a empêché d'atteindre sa pleine force en développant et en exerçant les muscles, nerfs et fibres de son corps : car cette âme n'a pas développé au départ un vrai et pur amour de Dieu, donc pas davantage la foi et la volonté. Et si ces trois éléments lui font défaut, à plus forte raison leur pratique, et, même complètement amendé, un débauché ne possède donc jamais pleinement ces trois éléments vitaux de l'âme, même si l'on a plus de joie au ciel pour un pécheur converti que pour quatre-vingt-dix-neuf justes qui n'ont jamais eu besoin de pénitence. Car pour que l'amour, la foi et la volonté d'un homme soient véritablement agissants, il faut qu'ils aient été dûment formés dès sa jeunesse, puis exercés.

12. Mais, de même que J'ai le pouvoir de guérir parfaitement toute maladie, si grave et si longue soit-elle, en sorte que celui que J'ai guéri se trouve aussi fort que s'il n'avait jamais été malade depuis sa naissance, l'âme d'un pécheur pleinement converti peut désormais atteindre la même force intérieure que celle d'un juste qui n'a jamais eu à faire pénitence. Cependant, il lui en coûtera beaucoup de renoncements et d'efforts.

13. Que ceux qui ont des enfants les exercent dès leur plus jeune âge dans ces trois domaines, et ils n'auront dès lors pas de peine à triompher du monde en eux.

14. Et, voyez-vous, Je ne vous donne tout cela que comme un bon conseil et non comme une loi ; car l'homme ne peut faire librement son salut s'il y est contraint par la loi ! Mais ceux qui voudront d'eux-mêmes faire de ce conseil une loi pour leur volonté et y conformer leurs actes et leur conduite feront bien. - Avez-vous bien compris cela aussi ? »

Source: Joseph Russo